of {$slidecount} ½ {$title}, {$author}

Récapitulatif pour Install-Party

Atélili

5 Juin 2015

Plan

Étapes et questions

Quelle distribution Linux installer ? (1/2)

Qu'est-ce qu'une distribution ?

Une distribution est un système d'exploitation, conçu en assemblant et en choisissant des logiciels de façon à ce qu'ils forment un tout cohérent.

Distribution et Système d'Exploitation sont quasi-synonymes.

Le terme distribution renforce l'idée qu'il y a un agencement et une organisation, généralement fait par une entreprise, une communauté, voire même par une seule personne.

Une distribution peut parfois proposer plusieurs variantes et versions de son système. Les orientations, logiques de fonctionnement, choix de logiciels et des versions de logiciels ne sont alors pas les mêmes.

Expl:

Quelle distribution Linux installer ? (2/2)

Distributions existantes

Certaines distributions sont des dérivées d'autres distributions, elles se construisent par dessus. Parfois la raison d'être d'une distribution est d'ordre simplement esthétique ! (ce qui est plutôt contestable...).

Aperçu de la variété des distributions :

Hardware (Matériel) (1/2)

Tout type d'ordinateur convient-il ?

Réponse courte : oui. N'importe quel ordinateur vendu dans le commerce saura faire tourner Linux.

Linux s'installe sur un grand nombre d'architectures : PC, Mac, ARM (expl: Olinuxino), votre frigo...

Quelle est l'architecture de votre machine ?

Les PCs et MACs récents disposent d'un processeur de marque Intel ou AMD. Depuis plusieurs années, il s'agit de processeurs 64 bits.

Plusieurs termes désignent cette famille : amd64, x86_64, 64 bits

Les PCs plus anciens ont des processeurs 32 bits.

Dénominations : i386, i686, 32 bits

Les MACs plus anciens ont des processurs 32 bits.

Dénominations: powerpc, PPC

Pour les autres (mini-ordinateurs type Raspberry Pi), on pourra se renseigner au cas par cas.

Hardware (Matériel) (2/2)

Divergences entre constructeurs et développeurs

Linux se conçoit sur le modèle du logiciel libre. Cela éxige que la manière dont fonctionne le matériel soit divulguée et connue.

Les constructeurs n'aiment pas divulguer le fonctionnement de leur matériel. Pour éviter de le divulguer, ils écrivent eux-mêmes les «drivers» (pilotes) sur un modèle propriétaire.

Or, Linux n'accepte pas de code propriétaire au sein de son projet.

Malgré l'absence de collaboration entre les deux parties, la communauté de développeu-se-r-s Linux parvient à écrire des drivers pour prendre en charge le matériel.

Au final, pour gérer un matériel particulier, on a le choix entre :

Typiquement, les périphériques qui posent problème sont : les chipsets wifi, les cartes graphiques, certains chipsets ethernet.

Se procurer des distributions (1/2)

Est-ce gratuit ?

La philosophie des logiciels libres n'interdit pas que ceux-ci soient commercialisés.

En pratique, devoir payer pour obtenir un logiciel, ça n'arrive jamais.

Différentes pratiques en guise d'exemples :

Se procurer des distributions (2/2)

Comment se procurer une distribution ?

2 solutions :

Il est recommandé de les télécharger depuis le site officiel de la distribution.

Vérifier le fichier

Après téléchargement, vous pouvez vérifier l'intégrité du fichier téléchargé avec le logiciel sha1sum.

Le BIOS (1/2)

Qu'est-ce que le BIOS ?

C'est un logiciel embarqué dans la carte mère de votre ordinateur.

L'une de ses rôles est de faire des vérifications à l'allumage de la machine. Il vous prévient avec des BEEPs en cas de problème matériel.

Le BIOS propose un menu d'administration. Il est généralement accessible via la touche F12 au début du démarrage de l'ordinateur.

Le BIOS inspecte le disque dur pour y trouver un gestionnaire de démarrage, généralement fourni par l'un des systèmes d'exploitations présents sur votre machine.

UEFI est une évolution du BIOS. Elle est contestée car UEFI met en place un contrôle (appellé SecureBoot) qui dicte quels systèmes d'exploitations on a le droit de lancer sur sa machine.

Le BIOS (2/2)

Pourquoi nous importe t-il ?

1ère raison

Pour installer Linux, il faut généralement démarrer sur une clé USB ou un CD.

Or, le BIOS doit être configuré pour que celui-ci recherche un système sur votre clé USB (ou CD), plutôt que de démarrer sur le disque dur comme à l'habitude.

Pour cela, on peut choisir l'ordre des périphériques intérrogés via le menu d'administration du BIOS.

Il faut donc lui indiquer quelque chose comme :

2ème raison

UEFI dispose souvent d'un mode de fonctionnement «Legacy» qui le fait se comporter comme un BIOS plus classique.

Cela peut être utile si vous parvenez que vous ne parvenez pas à démarrer votre système en ayant UEFI actif.

UEFI est relativement nouveau, complique les installations, et ses subtilités ne sont pas toujours bien connues des Linuxien(ne)s même expérimenté(e)s.

Il devient la norme sur les machines nouvellement vendues. Les distributions doivent en tenir compte, et s'adaptent pour prendre en charge ces nouveaux problèmes.

Support d'installation (1/2)

C'est quoi un fichier .iso ?

Vous avez téléchargé une distribution Linux, souvent au format ISO (.iso).

Il faut copier ce .iso sur un support, mais pas n'importe comment !

Un .iso est davantage qu'une simple copie à l'identique d'un fichier : il est l'image d'un disque. C'est à dire qu'il contient des informations sur comment sont organisés les fichiers sur le support (le partitionnement et les types de systèmes de fichiers utilisés). cd

Support d'installation (2/2)

Utiliser le .iso

Pour copier le .iso, on a 2 solutions :

Sur CD

Il suffit de le graver sur CD en précisant à son logiciel de gravure qu'il s'agit d'un .iso (une image disque). Le logiciel de gravure fera le reste.

Logiciels de gravure : InfraRecorder (windows) ou K3B (linux)

Sur clé USB

Il existe plusieurs outils.

Le plus convivial est unetbootin.

Le plus direct est une commande Linux appellé dd.

dd if=/chemin/vers/fichier.iso of=/dev/sdX bs=4M ; sync

Ces opérations sont risquées, car elles effacent le contenu du périphérique cible (ici /dev/sdX). Veillez donc à bien choisir le support de destination !

Les sauvegardes

Si vous tenez à vos données, faites-en des copies de sauvegarde !

Vous pouvez sauvegarder vos données personnelles, ou bien vouloir faire une copie du système complet.

Copie des données personnelles

Cela ne nécessite pas d'outil en particulier, il suffit de copier les fichiers à la main. Un outil adapté pour effectuer cette tâche sous Linux est rsync.

Image du système complet

Cette opération est moins cruciale que la sauvegarde de vos données personnelles. Les logiciels perdus sont en effet souvent retéléchargeables par internet, et donc réinstallables.

Il vous faut cloner la partition. Le moyen le plus simple est d'employer le système «live» de Clonezilla.

Vous devrez disposer d'un second disque dur, avec suffisamment d'espace libre dessus pour stocker les données du disque dur qui contient votre système.

Trousse à outils

Trousse à outils / Systèmes Live

Quelques systèmes «Live» (utilisables sans les installer) peuvent jouer le rôle de «système secondaire» au cas où votre système habituel a un problème.

Il peut aussi être utile que vous gardiez une copie du système qui vous a servi de support d'installation (le CD ou la clé USB).

Procéder à l'installation

Simple ou compliqué ?

Installer un système peut être résumé très simplement :

D'un autre côté, on peut se compliquer la vie sans fin avec Linux.

Si l'on souhaite être autonome, il faut donc court-circuiter ce 3ème point, c'est à dire enseigner ce qu'il est raisonnable et nécessaire d'apprendre pour se dépatouiller d'un pépin.

Expl de trucs trop compliqués : éplucher Xorg.0.log, réparer son système depuis un système de secours...

Installation de logiciels (1/2)

Les dépots

Les distributions Linux se chargent d'empaqueter les logiciels. Elle regroupe tous les paquets dans ses dépots.

Ensuite, elle vous fournit une interface qui va vous permettre de choisir vos logiciels, et d'effectuer les installations ainsi que les mises à jour des logiciels.

Exemple: synaptic

Ajouter un dépot

Il est possible d'ajouter des dépots à sa liste de logiciels, pour profiter d'encore plus de logiciels !

La sérieux de ces dépots est variable.

En conclusion, il faut éviter d'ajouter des dépots non officiels, et se contenter des dépots fournis par sa distribution.

Installation de logiciels (2/2)

Télécharger les logiciels

Il est rare de devoir le faire (hormis pour certains logiciels propriétaires), et cela n'est pas la méthode recommandée !

Il est donc presque inutile de se rendre sur des sites de téléchargement de logiciels, ou sur les sites des logiciels eux-mêmes.

Compiler le code source

Ce problème appartient plus ou moins au passé.

Une personne qui développe un logiciel peut rarement fournir son logiciel pour toutes les distributions existantes, du fait des différences entre chacune d'elles.

Elle fournit donc le code source de son logiciel, et laisse à d'autres la charge de le «compiler».

Une machine virtuelle

Cela consisiste à faire tourner un système (dit «invité») au sein d'un autre système («hôte»).

Par exemple, on peut avoir :

Pour profiter de 2 systèmes, on aurait aussi pu les installer en parallèle, sur des partitions différentes.

Les intérêts de la virtualisation sont multiples : * ne nécessite pas de modifier son partitionnement * on peut utiliser le système invité sans redémarrer l'ordinateur * on peut facilement faire des copies des systèmes virtualisés * ...

Un outil simple permettant cela est VirtualBox.